CANOË-KAYAK MULHOUSE-RIEDISHEIM
Le sport au naturel
19 rue de Modenheim, 68400 RIEDISHEIM, 03 89 44 06 70   
 
 
 
 
 
 

Quelle est la différence entre le canoë et la kayak ?

 
  • Le canoë est originaire d'Amérique du Nord, où les Amérindiens s'en servaient comme embarcation de transport, la propulsion et la direction sont assurées par une pagaie simple. 
  • Le kayak nous vient des Esquimaux, qui s'en servaient notamment pour la chasse, et utilise une pagaie double.

Qu'est ce que le Canoë ?

Le canoë est une embarcation dans laquelle le céiste (ou canoëiste) est assis-agenouillé et il utilise une pagaie à une pale (pagaie simple).
Le canoë peut se pratiquer :
  • en monoplace : C1,
  • en bi-places : C2,
  • en 4 places : C4.

Qu'est ce que le KAYAK ?

Le kayak est une embarcation dans laquelle le kayakiste est assis, jambes pliées, et se sert d'une pagaie à deux pales (pagaie double).
On peut pratiquer le kayak en mer , en eau vive (type rivière de montagne), ou en eau calme (type lac ou canal).
Les différentes disciplines en kayak de mer sont le wave-ski, kayak de mer, pirogue.
En eau vive vous pouvez faire du slalom (parcours avec passage de portes), descente et de la nage en eau vive sans embarcation.
Les différentes disciplines en eau calme sont la course en ligne, kayak polo (water-polo en kayak), dragon boat (embarcation comprenant 18 pagayeurs, 1 barreur et 1 donneur de rythme) et randonnée.
Le kayak peut se pratiquer :
  • en monoplace : K1,
  • en bi-places K2,
  • en 4 places K4.

EAU CALME : les différentes disciplines

1) COURSE EN LIGNE
 
En canoë-kayak, la Course en Ligne est une discipline qui se pratique en eau calme, sur un bassin aménagé, un lac, une retenue d’eau d’un fleuve ou tout simplement un fleuve ou bien encore sur un canal, comme notre club.
 
Un seul but en compétition de Course en Ligne : franchir la ligne d'arrivée avant les autres.
 
Il y a deux types d'épreuves :
 
a) Le sprint :
- les concurrents courent en ligne droite, chacun dans son couloir
- pour les femmes, les courses se font sur 200 ou 500m
- Pour les hommes, les courses se font sur 500 ou 1000m
- Ces courses peuvent se faire en monoplace (K1 ou C1) ou en équipage par Deux -K2 ou C2- ou par 4 -K4 ou C4-
 
b) Le fond :
- les concurrents courent sur une boucle, avec un départ en peloton
- les catégories "benjamin" et "minine" courent sur 2000m
- les autres catégories courent sur 5000M
- Ces courses peuvent se faire en monoplace (K1 ou C1) ou en équipage par Deux -K2 ou C2- ou par 4 -K4 ou C4-
 
 
2) MARATHON
 
Le Marathon est une discipline cousine de la Course en Ligne mais les distances sont plus élevées : entre 12 et 35 km en fonction de la catégorie et du sexe.
Les compétiteurs partent sur la même ligne de départ pour plusieurs tours d'un circuit déterminé. Entre chaque tour, le compétiteur quitte son embarcation, court sur quelques centaines de mètres en la portant puis embarque pour un autre tour de quelques kilomètres dans son bateau. Cela permet aussi aux compétiteurs de se ravitailler, le marathon est un effort long.
 
 
3) KAYAK-POLO
 
Discipline collective de la Fédération Française de Canoë Kayak, le kayak-polo est assurément un sport spectaculaire de haut niveau.
Deux équipes de cinq joueurs se disputent un ballon sur un plan d’eau délimité de 35 mètres sur 20, en piscine ou en extérieur, comportant aux extrémités un but (1,20m x 1m) suspendu deux mètres au-dessus de l’eau.
Le ballon peut être saisi et lancé à la main ou projeté à l’aide de la pagaie. Le gardien, également joueur de champ, protège ses buts en levant la pagaie à la verticale. Jusqu'à trois remplaçants peuvent compléter chaque équipe.
Une durée de match de 20 minutes (deux périodes de dix minutes) et quelques règles bien choisies (bateaux plus courts, pointes arrondies et rembourées, porteur du ballon pouvant être poussé à l’eau…) permettent d'obtenir un sport particulièrement détonnant et dynamique.
 
 
4) DRAGON-BOAT
 
Un Dragon-Boat mesure environ 12m de long sur 1m20 de large. Son poids varie entre 250 et 300 kg. L’embarcation la plus souvent employée comprend généralement 20 équipiers : 2 rangées côte à côte de 8 pagayeurs qui pagaient ensemble de chaque côté du bateau, un barreur à l’arrière, et un “tambour” qui donne le rythme. Ce dernier point est une des caractéristiques folkloriques des Dragon-Boat, qui par ailleurs sont richement décorés.
Notons sur ce point, les énormes têtes de dragons qui ornent l’avant de chaque embarcation.

 

EAU VIVE : les différentes disciplines

1) SLALOM


C'est une course contre la montre où les concurrents doivent suivre un parcours comportant de 18 à 25 portes, de couleur rouge ou verte. 
On doit passer entre les portes sans les toucher, dans le sens de la descente pour les vertes, en remontée pour les rouges. 
Chaque touche donne une pénalité de 2 points, tandis qu'une porte franchie de manière incorrecte entraîne 50 points de pénalité. Les pénalités sont ajoutées au temps réalisé qui est converti en points (1 point = 1 seconde).


2) DESCENTE DE RIVIÈRE


Le jeu est simple : aller le plus vite possible d’un point à un autre de la rivière. Seul sur la rivière - c’est une course contre la montre - il s’agit de bien choisir sa trajectoire en fonction des courants et des obstacles naturels que forment les rochers.


3) NAGE EN EAU VIVE


C'est le contact avec l'eau, des montagnes d'eau que vous tapez de plein fouet. L'eau est froide c'est vrai et les rochers nombreux.
Vous ne sentez pourtant rien, bien protégé dans votre combinaison renforcée. Un vrai poisson dans l'eau.
Equipement : Le flotteur en mousse ou en plastique est une bouée en même temps qu'un bouclier de protection. Le nageur y est allongé jusqu'à la taille.


4) RAFT


Raft est un mot anglais qui signifie « radeau ». C’est l’origine étymologique et historique du canot pneumatique d’eau vive que nous connaissons aujourd’hui.
C’est une embarcation totalement insubmersible constituée d’un gros boudin gonflé faisant le tour de l’embarcation. Son fond plat, ses pointes symétriques et légèrement relevée en font un bateau très stable.   Les plus grands rafts font 4 à 5 mètres et peuvent transporter jusqu’à 12 personnes.

 

Vocabulaire du pagayeur

« A » comme…

  • Accastillage : Petits matériels indispensables à une embarcation nautique
  • Accoster : Action consistant à rejoindre la berge, s’y échouer ou s’y amarrer.
  • Affluent : Cours d’eau qui se jette dans un autre.
  • Aï : Enfoncement du rivage qui se forme derrière un obstacle naturel dans lequel se crée un contre-courant
  • Amont : En regardant dans le sens du courant, l'amont est dans votre dos
  • Appel : Manœuvre consistant à déplacer latéralement l’embarcation vers le coté où l’on pagaye. Il y a plusieurs appels : l'appel en traction, l'appel d'incidence, l'appel arrière
  • Appui : Manœuvre d’un canoéiste ou d’un kayakiste consistant à prendre appui sur l’eau avec sa pagaie pour assurer l’équilibre de son embarcation. S'appelle aussi "pelle à plat".
  • Aval : En regardant dans le sens du courant, l'aval est devant vous.

« B » comme…

  • Bâbord : Bord gauche du bateau lorsque l’on regarde vers l’avant en étant embarqué
  • Baignade : Action de prendre un bain dans la rivière, dans un lac ou dans la mer. En canoé kayak, action involontaire de chavirer. 
  • Balayage : Appui consistant dans un mouvement circulaire de la pagaie dans un plan horizontal. Le mouvement peut s’effectuer de l’avant vers l’arrière ou de l’arrière vers l’avant.
  • Base : Se dit généralement des emplacements gérés par les loueurs de bateaux et les clubs. (base nautique)
  • Bassin de compétition : Etendue d'eau plate favorable aux compétitions de course en ligne en canoë et en kayak
  • Berge : Bord de la rivière. En se mettant dans le sens du courant (ou de la course), la berge Droite est à droite du pagayeur, la berge Gauche à sa Gauche
  • Bief : Le bief est la portion de rivière calme située en amont d’un barrage ou d'un rapide naturel.
  • Boucle : Méandre d’un cours d’eau.
  • Bordé : le coté préféré par le canoéïste pour pagayer. (être bordé à gauche ou à droite)
  • Bras : Chacune des parties de la rivière lorsque celle-ci se sépare en plusieurs parties.
  • Brassière : Gilet de sauvetage

« C » comme…

  • Cadence : nombre de coups de pagaie est plus ou moins élevés
  • Calage : Aménagement intérieur à l’embarcation permettant de faire corps avec celle-ci.
  • Cale-pied : Aménagement intérieur à l’embarcation permettant de faire corps avec celle-ci en s’aidant des pieds.
  • Canoe/kayak : voir la page dédiée
  • Carène : Partie de la coque sous la ligne de flottaison.
  • Carte nautique : Carte montrant le parcours sur la rivière
  • Casque : En rivière sportive le port d’un casque devient très utile pour protéger sa tête à partir de la classe II.
  • Céiste : Celui qui pratique le canoë
  • Chavirement ; Dessalage
  • Chicane : Passage en zig zag
  • Chandelle : Figure acrobatique consistant à faire monter verticalement son embarcation (pratiquée en eaux vives)
  • Chute : Différence de niveau entre l’amont et l’aval. 
  • Collet : Le bas du manche d'une pagaie proche de la pale
  • Combinaison : Habit complet, généralement isothermique, utilisé en vêtement pour se protéger de l’eau froide
  • Coque : Partie principale d’une embarcation.
  • Course de descente : Se dit d’une compétition sur le cours naturel de la rivière
  • Course en ligne : Se dit d’un compétition en canoë ou en kayak sur un lac ou une étendue d’eau plate
  • Croisée : Se dit de l'angle que forme les deux pales d'une pagaie de kayak
  • Contraction (musculaire) : Modification de la taille d’un muscle suite à une effort trop imortant
  • Courbature : Fatigue musculaire accompagnée de contractures et de douleurs
  • Crampe : contraction musculaire passagère accompagnée de douleurs violentes

« D » comme…

  • Débarquement/débarquement : action consistant à rejoindre la berge et à sortir de son embarcation.
  • Dessaler : Lorsque le bateau se retourne (chavire) . L’esquimautage permet de remettre son embarcation à l’endroit sans sortir de celle-ci.
  • Dessalage : Chavirage.

 

« E » comme…

  • Eau courante : L'eau qui s'écoule dans une rivière est par nature de l'eau courante en raison de la pente du lit de la rivière. L'eau courante est souvent mieux oxygénée que l'eau morte des lacs ou des étangs en raison du brassage de l'eau dans les rapides.
  • Eau morte : Peur se dire d'une réserve d'eau mal oxygénée
  • Eau plate : Dans les lacs par temps calme
  • Eau vive : Celle des torrents
  • Embarquer : Action consistant à monter dans son embarcation pour naviguer sur la rivière.
  • Endurance : Capacité de résister à la fatigue
  • Epuisement : Fatigue poussée à son extrème
  • Equilibre : Contrôle de la gîte de l’embarcation
  • Equipier : Se dit du partenaire avec lequel on pratique le canoë.
  • Esquimautage : En cas de chavirage, cette action consiste à remettre le bateau à l’endroit sans sortir de celui-ci en se servant de sa pagaie.
  • Etrave : parties de la coque situées à l’extrémité avant et arrière du bateau.

« F » comme…

  • Fausse pelle : Coup de pagaie mal exécuté
  • FFCK : Fédération française de Canoë-Kayak http://www.ffck.org/
  • Franchissement : Action de franchir un obstacle
  • Free style : spacialité d'eaux vives ou le kayakiste effectue des figures acrobatique avec un bateau court.

« G » comme…

  • Gilet (de sauvetage) : élément de sécurité.  Voir brassière.
  • Gîter : Incliner l’embarcation sur le côté.
  • Gîte : inclinaison du bateau sur le coté

« H » comme…

  • Hypoglycémie : Manque de glucose (sucre)
  • Hypothermie : Abaissement anormal de la température du corps suit à une immersion dans l’eau froide.

« I, J, K » comme…

  • Incidence : Angle formé par le plan moyen de la pale ou l'embarcation par rapport à l'écoulement fluide.
  • Insubmersible : Qui ne peut couler. Une embarcation de descente de rivière doit impérativement être insubmersible
  • Jupe : élément en toile ou en néoprène reliant l’hiloire à la taille du pagayeur et évitant les entrées d’eau dans l’embarcation.
  • Kayak : Embarcation d’origine Inuit propulsée à la pagaie double. (voir définition)
  • Kayakiste : Celui ou celle qui pratique le kayak.

« L, M, N, O » comme…

  • Ligne de flottaison : Lorsqu'une embarcation repose sur une surface d'eau calme, la ligne de flottaison sépare la partie immergée de la partie hors eau.
  • Ligne de vie : cordage reliant le kayakiste au bateau et pouvant être utile en cas de dessalage.
  • Manche : Partie cylindrique de la pagaie reliant l’olive au collet d’une pagaie simple ou les deux pales d’une pagaie double.
  • Méandre : Sinuosité du lit d’un fleuve ou d’une rivière.
  • Mousse : Plaque de caoutchouc mousse se mettant à plat au fond de la coque pour protéger les genoux du canoéiste.
  • Nable : Orifice ménagé dans la coque d’une embarcation fermée par un bouchon que l’on enlève pour vider l’eau embarquée.
  • Néoprène : Caoutchouc mousse en feuille utilisée pour les vêtements isothermiques
  • Olive : Embout en forme de T servant de poignée et situé à l’extrémité du manche d’une pagaie simple de canoë

« P » comme…

  • Pagaie : Engin de propulsion dédié au canoë (pagaie à une pale, pagaie simple) ou au kayak (pagaie à 2 pales croisées ou droites, pagaie double) 
  • Pagayer : action d'utiliser sa pagaie pour propulser ou manœuvrer son embarcation.
  • Pale ou Pelle : Partie de la pagaie prenant appui dans l’eau et servant à la propulsion. Elle peut etre plate ou creuse.
  • Péniche : Grand bateau à fond plat qui sert au transport fluvial des marchandises. Nos licenciés en rencontrent régulièrement sur notre plan d'eau.
  • PK : Abréviation de point kilométrique.
  • Ponton : Plateforme flottante reliée à la terre servant à l'embarquement ou au débarquement des embarcations
  • Portage : zone ou le compétiteur porte son bateau lors du marathon
  • Porte (de slalom) : Piquets suspendues matérialisant une porte que le compétiteur doit passer
  • Propulsion : Action consistant à mouvoir son embarcation vers l'avant avec sa pagaie
  • Proue : Pointe avant de l’embarcation

« R » comme…

  • Raft : Embarcation gonflable manoeuvrée à la pagaie simple ou à la rame par 4 à 8 équipiers
  • Rampe de mise à l'eau : Aménagement de la berge pour l’embarquement.
  • Redressement : Mouvement à la fin du coup de pagaie évitant que le canoë ne dévie de sa trajectoire
  • Rive : coté du cours d'eau ou du plan d'eau. Rive droite : Coté droit de la rivière lorsque l’on se place face à l’aval. Rive gauche : Coté gauche de la rivière lorsque l’on se place face à l’aval
  • Rouleau : Mouvement d’eau provoqué dans le courant par un rocher immergé

« S » comme…

  • Seuil : Petite chute.
  • Sillage : Remous provoqués à l'arrière d'une embarcation lors de la propulsion
  • Slalom : Descente d’une portion de rivière artificielle ou naturelle sur un parcours sinueux jalonné de portes
  • Stabilité : Caractérise le comportement d’une embarcation et sa tendance à se retourner

« T, V » comme…

  • Tirant d'eau : Espace entre la ligne de flottaison et le fond de celle-ci
  • Tribord : le coté droit du bateau lorsque l’on regarde vers l’avant.
  • Virer : Un bateau vire (il ne "tourne" pas)